Compte rendu Ag du 28 Septembre 2019

compte rendu de l’Assemblée Générale

du FFB - COMITE D’ANJOU – 28 Septembre 2019        

FFB Comité d’Anjou - 22 rue Létanduère – 06.70.91.34.86

¨¨¨

Ordre du jour

v  Rapport moral du Président sur l'exercice 2018/2019

v  Bilan provisoire des « Portes ouvertes » du 14 septembre

v  Présentation du rapport financier de l'exercice clos au 30 Juin 2019

v  Présentation du budget de l'exercice 2019/2020

v  Rapport du Contrôleur des comptes

v  Point sur les affaires de la CRED

v  Point sur l'activité en direction de la jeunesse

v  Attribution d'une subvention suite aux votes du Bureau des 30 avril et 27 juin

v  Questions diverses

¨¨¨

Le 28 septembre 2019, à Angers, les membres du Comité Régional d’Anjou de la Fédération Française de Bridge et se sont réunis au 22 rue Létanduère 49000 Angers en Assemblée Générale Ordinaire sur convocation du président

Il a été établi une feuille d’émargement, signée par les présidents de clubs et les membres individuels votant en leur nom propre ou en tant que mandataire. Celle-ci figure en annexe du présent compte rendu.

                                                                                                                                                

L’Assemblée est présidée par M. Jean Paul Noury, président du Comité d’Anjou.

Il était assisté des membres du bureau du comité d’Anjou suivants :

Mr Bernard Robinet, 1er Vice-président Organisation ; Mme Graton Béatrice, Trésorière du Comité ; Mme Dominique Chauviré, vice-présidente Enseignement ; Mr Dominique Goumard, vice-président compétition, Mr Jean Noël Bressolette, Secrétaire Général du comité et d’une secrétaire de séance, Mlle IBRAHIM BACAR Mounirat, secrétaire du comité par intérim.

Mr Serge Plasterie, membre de la Fédération Française de Bridge a été invité à participer à l’AG du comité.

¨¨¨

La séance est ouverte à 17h00.

Ouverture

Mr Jean Paul Noury Président du Comité d’Anjou, ouvre la séance et remercie les membres présents d’avoir bien voulu assister à cette Assemblée. Il indique en introduction que contenu de la présence de deux jeunes champions du monde Clément Bens et Louis Bonin, afin de les libérer rapidement, l’ordre du jour sera modifié et le point activité jeunesse sera présenté en premier lieu.

Intervention de Mr Jean Marie Crebassa qui souhaite mettre directement à l’ordre du jour les questions diverses liées au licenciement de Mme Caroline Baillau.

Mr Jean Paul Noury, président du comité, annonce que la question sera bien traitée dans le rapport moral et les questions diverses comme il est prévu à l’ordre du jour. Après insistance de Mr Crebassa, certaines personnes ont protesté, d’autres ont quitté l’assemblée ne souhaitant pas assister à ce débat. Puis le calme revenu,l’assemblée a repris son cours.

¨¨¨

Point sur l'activité en direction de la jeunesse

Présenté par Jean François DUPIC, délégué Jeunesse.

 

Après que le Président ait remis un trophée à Clément et Louis pour mémoire et félicitations de leur brillant succès aux championnats du monde des Kids en Croatie, avoir félicité les formateurs et le Président Grand, la parole est donnée à Jean François Dupic.

Cette année les jeunes ont bien été représenté lors des compétitions plusieurs d’entre eux sont revenus avec un bon classement comme Louis et Clément qui sont présents ce jour à l’assemblée. Mais également d’autres jeunes qui participent à des compétitions avec des adultes. 4 équipes d’Anjou sont classées dans les 10 premier en Junior.

Jean François DUPIC a présenté le rôle du Délégué Jeunesse en 6 points :

-          Encadrement et formation des initiateurs et des enseignants cadets, sous la responsabilité de l’Animateur Pédagogique Régional

-          Gestion locale du matériel

-          Gestion du budget scolaire cadet et junior du comité

-          Organisation des compétitions scolaires, cadets et juniors régionales

-          Relation avec les chefs d’établissements, les médias et les partenaires locaux

-          Le lien avec le chef de projet de l’Education nationale en relation avec l’université du bridge.

Concernant la gestion locale du matériel, malheureusement suite à une erreur d’adresse d’expédition de la Fédération, le matériel prévu qui devait être remis lors de l’AG sera distribué plus tard.

En Anjou, le délégué jeunesse est aidé par le responsable des scolaires (Olivier Caumartin) et par le responsable des cadets (Jean Yves Grand). Les relations avec l’éducation nationale sont gérées par Jacques Moisan du fait de son parcours.

Les actions à réaliser 2019-2020:

  • 4 stages prévus pendant les vacances scolaires,
  • Participation des jeunes au festival de Biarritz.
  • Le B2A organisera son stage annuel, réflexion de la mise en place d’une colonie de 3 jours en parallèle du festival de La Baule au Lycée Grand Air avec une compétition spéciale jeune. Le festival prendra en compte 50% des dépenses pour encourager les jeunes à y participer. Jean Paul Noury, président annonce que le comité participera
  • Reconduction de la formation BBO. 12 cours le vendredi soir avec 8 jeunes.
  • Orienter les jeunes vers les compétitions fédérales. La D6 des débutants sera-t-elle maintenue ?
  • Journée reconnaissance des initiateurs le 17/06/2020
  • Prévision de création de pôles départementaux. Chaque département aurait un contact pour suivre le scolaire.

¨¨¨

Rapport moral du Président sur l'exercice 2018/2019

Présenté par Jean Paul Noury, président du comité d’Anjou.

 

Ayant pris mes fonctions le 26 juin au soir, ce rapport moral est un peu particulier, car je vais être amené à présenter des résultats qui sont en grande partie dus à l’action de mon prédécesseur.

Je voudrais tout d’abord vous remercier d’être venu nombreux à cette assemblée qui a changé de format puisqu’elle se réunissait un dimanche matin, et qu’elle était suivie d’un déjeuner payant et d’un tournoi du Comité l’après-midi.

Je ne sais pas si ce changement est la cause de cette nombreuse participation !

En tout cas, merci de votre présence.

Je voudrais saluer les nouveaux Présidents qui sont ici présents. Qu’ils veuillent bien se lèver et se présenter.

Nous accueillons Monsieur Serge Plasterie, membre du Bureau exécutif de la Fédération Française de Bridge, et 2 jeunes champions du monde Clément et Louis.

Les éléments essentiels de l’exercice clos le 30 juin sont les suivants :

Licenciés

Nous sommes devenus le 5ème comité sur le plan national, occupant encore la 7ème place, il y 2 ans.

Le nombre de licenciés est passé de 4301 à 4395 (soit + 2%). Les scolaires sont restés à un chiffre stable au niveau de 150, et les cadets et juniors ont vu leur nombre se réduire de 10 unités. Seul le Comité de l’Yonne a fait mieux en termes de recrutement.

Il convient de retenir que 22 clubs ont vu leurs effectifs progresser tandis que 15 autres les voyaient se réduire.

Un chiffre à retenir, celui du taux de renouvellement des licenciés de l’année précédente, qui est un peu inférieur à 90%, ce qui signifie brutalement que: « si nous voulons simplement maintenir notre effectif, il faut recruter 10% de l’effectif de l’année précédente ».Beau challenge, mais qui ne sera relevé qu’en mouillant le maillot !

Dans le même temps, la Fédération voit son effectif fondre de 978 licenciés soit environ 1% de son effectif total. Régression malgré tout freinée par les efforts de communication de la Fédération puisque la perte dépassait 2000 licenciés l’exercice précédent.

Il appartient aux Comités régionaux de relayer ces efforts, comme il appartient aux Clubs de réaliser les actions locales de recrutement.

Nous avons pensé opportun, en appui de la communication nationale de la Fédération, de mettre en œuvre une campagne de presse, et une journée « Portes ouvertes » le 14 septembre.

Le coût global qui sera pris en compte dans le budget 2019/2020 est inférieur à 29 000€. Somme certes substantielle mais qui avait été envisagée dès l’année dernière, puisque nous avions décidé à l’unanimité d’affecter une somme de 34600€ à un « Fonds associatif pour le développement du bridge ».

Je me permets de rappeler que sur la durée, un licencié contribue à hauteur d’une somme un peu supérieure à 300€ aux budgets du Comité, sans compter les retombées au profit de la Fédération et des Clubs.

Si le recrutement dépasse plus de 100 nouveaux licenciés, nous aurons gagné et contribué à donner une image dynamique du Bridge.

Certains esprits chagrins diront que de toute façon ces nouveaux licenciés seraient venus, mais c’est nier l’impact de toute forme de publicité.

Nous avons décidé de renforcer l’équipe de développement en désignant un coordinateur pour les 2 zones Nord et Sud de notre Comité.

Eric Barba pour le sud et Nadine Puly Champagne pour le Nord.

J’ai prévu de rendre visite à tous les clubs qui voudront bien m’accueillir, sous la forme d’une réunion avec le Bureau du Club et d’une participation à un tournoi du Club visité.

J’ai commencé par rendre visite à 4 clubs participant aux journées « Portes Ouvertes » le 14 septembre, et suis allé à la Ferté Bernard dans le format décrit ci-dessus.

Particulièrement sympathique et utile pour comprendre ce qui se passe localement.

Malgré les réserves qui avaient été formulées à l’AG de 2017, l’inscription aux compétitions par internet ne pose plus aucun problème, et nous sommes en réflexion pour traiter le paiement des compétitions par un procédé plus moderne que celui pratiqué à ce jour.

Malgré nos efforts de recrutement, la fréquentation aux tournois de régularité se contracte de 3%/ mais nous faisons un peu mieux qu’au niveau national -4.8%.

Le vieillissement de nos licenciés est une cause de ce recul, mais le développement du jeu sur internet pille nos ressources, même si les « ristournes » versées aux clubs contribuent à compenser partiellement les pertes des clubs, dont les ressources principales sont constituées des droits de table.

Il s’agit là d’une préoccupation de long terme que les clubs doivent anticiper.

Les compétitions

Les interclubs à Nantes ont été une réussite sportive aussi bien en termes de conditions de jeu que du nombre de participants quasiment équivalent à celui de l’année précédente à Angers. Les difficultés de l’intendance ont terni ce qui aurait été un succès.

Il faut relever qu’une nouvelle catégorie a été créée: celle des débutants qui a été un peu plus bruyante mais qui a eu son succès en réunissant de très jeunes participants et de jeunes retraités.

Les Interclubs se dérouleront à Château-Gontier, les 4 et 5 avril, dans un cadre magnifique, dans des locaux modernes grâce aux trois clubs mayennais. Connaissant les 3 présidents organisateurs, je suis certain que ces Interclubs seront très festifs et conviviaux.

Retenez ces dates, venez nombreux, vous ne serez pas déçus.

S’agissant des autres compétitions, nous enregistrons avec une grande satisfaction une augmentation significative du nombre de joueurs impliqués et des recettes subséquentes.

Dans les compétitions par paires, le nombre de paires a progressé de 75 paires soit +3.6%, traduisant une progression intéressante dans les catégories Honneur et Promotion.

Sans doute, la recherche systématique, de rapprochement des lieux de compétitions y est pour quelque chose. C’est un effort qui est poursuivi sur l’exercice en cours.

Dans les compétitions par quatre, les performances sont de même importance, puisque le nombre d’équipes a progressé de 59 soit +4.5%.

Enfin j’adresserai mes remerciements chaleureux et reconnaissants à ceux qui ont relevé le défi de l’organisation des compétitions, prenant leurs fonctions au pied-levé, avec une forte implication de Claude Piou, de Dominique Goumard et de Gérard Fleurence, qui ont permis, avec le concours d’Euriell Quéran la sortie au 15 juillet des agendas, mis à votre disposition dans vos clubs très peu de temps après.

Je vous rappelle que nous avons engagé quelques projets lors du séminaire du Bureau du 27 juin : Révision de la charte des arbitres, sécurisation et mise à jour du site Internet, Création d’adresses mail personnalisées pour permettre le contact direct avec les intéressés et assurer la continuité de la fonction, création d’une commission préparant la refonte de nos statuts et du règlement intérieur. Les candidats à la participation à cette commission, placée sous la présidence de Bernard Robinet, seront les bienvenus.

Depuis, nous avons engagé le recrutement d’une secrétaire selon un processus normé bien éloigné de celui pratiqué en 2012, à savoir définition du profil du poste et des compétences requises, annonces dans un média, comité de sélection composé de 4 personnes hors Président, négociation des termes du contrat de travail. Nous sommes en voie de finalisation de ce recrutement avec une réduction de coût qui sera de l’ordre d’au moins 10000€ par an.

Je ne doute pas que d’autres questions seraient à traiter, mais je voudrais témoigner ici ma reconnaissance à tous les membres du Bureau qui constituent une équipe formidable, impliquée dans la vie du Comité et qui ont fait preuve d’une solidarité exemplaire dans les moments difficiles que j’ai passés pendant cet été.

S’agissant de cet été, je reprendrais volontiers à mon compte la réplique du « Petit Gibus » dans la « Guerre des boutons »,

« Si j’aurais su, j’aurais pas venu ».

Oui, je n’hésite pas à dire que l’annonce, répétée deux fois, faite sans avertissement préalable par Caroline Baillau, alors qu’elle savait que je serais le seul candidat depuis le 19 juin, alors que j’avais sollicité de la voir avant l’Assemblée élective.

Le soir même de mon élection, j’ai été informé de sa démission et de son refus de collaborer avec Béatrice Graton, et j’ai fort mal ressenti cette déclaration.

La même déclaration, suivie de regrets, d’excuses fondés sur une grande fatigue, voir sur un énervement excessif, aurait débouchée sur une mise au point quant au fonctionnement futur du secrétariat du Comité à la recherche des améliorations nécessaires, et à la remise en ordre des dysfonctionnements constatés.

Il n’en fût rien, et les 2 entretiens que j’ai eus avec Caroline les 27 juin et le 15 juillet n’ont pas permis d’entendre des regrets, ni d’ouvrir un dialogue constructif, alors même que lors de ces entretiens, je lui ai dit que si je respectais sa volonté de démissionner, la forme proposée était « une connerie contraire à ses intérêts », et qu’il fallait trouver une solution négociée.

J’affirme que lors du dernier entretien du 15 juillet, je n’ai rien entendu qui ressemble au contenu de la lettre datée du 15, postée le 16, et dont je n’ai pris connaissance que le 20 juillet.

Cette lettre, manifestement écrite par un avocat, évoque les propos tenus le 26 juin, en écrivant : « Ces propos si tant est qu’ils soient avérés… ». Cette phrase qui ne nie ni ne confirme les propos en question, est en contradiction formelle avec les nombreux témoignages qui en attestent la réalité, et avec la reconnaissance qui en a été faite par Caroline elle-même le 31 juillet.

Cette même lettre précise à propos des difficultés de collaboration avec Béatrice Graton : « Je reste persuadée que ce problème relationnel peut être résolu et suis disposée à examiner avec vous et Madame Graton lors d’une réunion les solutions à mettre en œuvre … ». Mais Caroline n’a jamais pris contact avec Béatrice après le 26 juin. Apprenant le 14 juin que Béatrice Graton était candidate au poste de trésorière, elle a même écrit : « C’est pas possible… ». Ni Béatrice, ni moi ne savons à ce jour pourquoi ! Elle a refusé de s’en expliquer plus tard .

Béatrice a fait la démarche de recherche d’une collaboration dès le 26 juin, mais s’est vu opposer une fin de non-recevoir avec une phrase de Caroline attestée sur l’honneur par Béatrice « Je n’ai pas envie de travailler avec toi. De toute façon, demain Jean Paul reçoit ma démission. Je suis sûre que tu préfèreras travailler avec une autre secrétaire avec qui tu t’entendras bien. Je suis pressée, il faut que je parte. », dixit Caroline.

J’ajoute que la lecture stricte de cette lettre du 15 juillet indique une proposition de trouver des solutions, en ma présence, mais ne traite pas du problème relationnel avec le Président à qui elle annonce sa démission le soir de son élection.

Sa démission serait-elle motivée uniquement par ses relations avec Béatrice ?

A qui veut-on faire croire cela ?

Comment imaginer qu’un salarié choisisse les personnes élues avec qui il accepte de travailler ? Comment accepter de collaborer avec une personne qui vous jette sa démission à la figure ?

En ce qui me concerne, je ne sais pas faire, tant l’obligation de loyauté et de confiance réciproque s’impose dans des relations de travail.

Il m’a été reproché d’avoir été brutal, d’être un patron de choc, on m’a traité oralement de « salaud », j’ai subi de nombreuses attaques personnelles. J’ai lu et entendu des propos diffamatoires, j’ai été accusé de bassesses liés au conflit d’intérêt, à l’absence d’intérêt pour les affaires du Comité, à mon désir de vengeance qui serait due à mes mauvaises performances bridgesques, à ma« risible »performance de trésorier, autant d’accusations non seulement pauvres, mais inexactes, hors sujet et inutilement agressives. Je suis prêt à m’en expliquer avec les détails qui démontreront les erreurs de jugement commises.

Malgré tout, même si je confesse que 10 fois j’étais prêt à renoncer, que mon entourage m’y a incité fortement, je me suis efforcé de garder mon sang-froid, la sérénité et le respect nécessaires à l’égard de mes accusateurs. Je suis, et resterai dans le camp de la réconciliation et de l’oubli de cette période. Je serai demain tout aussi motivé que je l’étais au premier jour si vous me maintenez votre confiance.

Peut-être ai-je commis des erreurs, et sans doute une qui m’a conduit à suivre un conseil inapproprié. Je veux parler de la lettre recommandée du 4 juillet qui avait 2 buts manifestement pas perçus comme je l’avais souhaité.

Bien sûr que je savais que Caroline était en congés puisqu’elle me l’avait annoncé le 26 au soir, et cette information m’a été confirmé par Claude Piou qui s’est excusé de ne pas m’en avoir informé.

J’ai voulu par cette lettre rappeler ce qui avait été dit le 26, montrer que je n’accepterai plus d’être mis devant le fait accompli, et surtout de rechercher à renouer le contact. C’est pour ces motifs que j’ai laissé le même jour un message sur la boîte vocale de son portable personnel.

Je voudrais ne pas avoir commis cette erreur de communication, mais elle a été faite et je vous prie de m’en excuser.

Néanmoins, j’ai la conviction que la décision finale prise avec un très large consentement de mon Bureau était une décision souhaitable.

Par ailleurs, compte tenu de son état de santé et de la proximité de l’âge de la retraite, Caroline souhaitait mettre un terme à son activité.

J’en veux pour preuve le mail reçu par le médecin du travail le 26 août écrivant au Président du Comité : «  J’ai reçu votre salariée en visite de pré-reprise le 12 août à sa demande…..J’estime qu’elle ne pourra plus travailler au sein de votre structure….merci de fixer avec ma secrétaire une date de reprise avec inaptitude médicale. ».

Cette démarche de Caroline auprès de la médecine du travail, intervenue avant qu’elle n’ait connaissance de son licenciement, démontre qu’elle ne souhaitait plus travailler au sein du Comité.

Refusant de tomber dans le juridisme stérile, je répondrai maintenant aux questions posées par les 3 anciens présidents, et inscrites conformément au règlement intérieur en « Questions diverses »:

Pourquoi ce licenciement ?

Défaut de loyauté, absence de discrétion, perte de confiance

Qui a décidé ce licenciement ?

Le Président avec le consentement du Bureau réitéré lors du dernier Bureau

Le Bureau a –t-il été consulté ?

A tout moment des discussions, et en particulier sur une note du 8 août préalable à la lettre de licenciement.

Pourquoi cette question n’a-t-elle pas été soumise au Conseil régional ou à une assemblée générale ?

Parce que ni les statuts, ni le droit (Cour de cassation du 29/9/2004) ne l’exigent face à une procédure d’urgence assumée par le seul Bureau Exécutif.

Quels sont les motifs qui ont été évoqués pour justifier ce licenciement ?

La réponse a été donnée ci-dessus et ne peux que le répéter.

Quel sera le coût pour le Comité d’Anjou ?

L’indemnité légale de licenciement de 4380€ et le coût éventuel d’une transaction, qui sera alors soumise à un prochain Conseil Régional, ou d’une procédure judiciaire dont l’issue serait longue et par nature aléatoire.

De tout cela, nous avons tiré 4 conséquences :

-          Le licenciement pour faute (donc, sans invoquer la faute grave qui l’aurait privé de l’indemnité légale de 4380€)

-          La recherche permanente d’une solution amiable de sortie du litige

-          le retour du siège administratif (qui se situait dans l’habitation personnelle de Caroline) au siège social du Comité, dans les locaux loués à l’ABC, et ce, à effet du 1er octobre pour un coût de 5000€ à l’année

-          Le recrutement d’une secrétaire selon un processus normatif.

Immense merci de m’avoir écouté, vous appelant tous à la dignité et la mesure des propos.

Parce que je suis un démocrate convaincu, je souhaiterais que l’approbation de ce rapport moral se fasse au scrutin secret afin de vous laisser la plus grande liberté de vote, le résultat donné par les urnes dictera ma conduite au terme de cette assemblée.

Tout ceci vous est livré avec sincérité, sans amertume et dans le souci essentiel de continuer à travailler dans la sérénité pour le développement des clubs, la promotion du Bridge et des compétitions.

Intervention Jean Marie Crébassa et Bruno Sarrasin qui souhaitaient répondre en détail sur le déroulement de ce licenciement.

Le ton monte

Arrêté par les membres de l’assemblée ne souhaitant pas que le débat s’éternise et ayant déjà eu le résumé dans le rapport moral, ils ont lu une lettre de Caroline Baillau à l’attention l’Assemblée générale.

Intervention de Catherine Simon qui ne trouve pas normal qu’une joueuse, infirmière ait été recrutée au poste de secrétaire. Elle souligne que le recrutement à l’époque n’a pas été soumis à l’AG, et pense que ce n’est pas normal que le siège du comité se trouve au domicile de cette dernière sans accès au comité.

Réponse de Jean Marie Crebassa qui confirme qu’elle a toujours fait un bon travail et qu’aucune remontée n’a été faite.

Réponse assemblée : C’est normal au vu des rapports avec les anciens présidents.

Intervention de Thaddée Wyrostek qui précise que l’on a rien contre la personne de Caroline Baillau et que ce débat ne devrait pas être celui de l’assemblée.

Intervention du président du club de Mayenne concernant la promotion du bridge et de l’investissement engagé. Il déplore que cela n’ait pas été soumis au Conseil régional

Réponse du Bureau qui précise que l’année passée le montant alloué à l’unanimité de l’Assemblée était de 34 600€, à un « Fonds pour le développement du bridge ».

Intervention pour rappeler la fermeture du club de Guérande décidée en septembre par son assemblée générale.

Il est ensuite passé aux votes avec 2 scrutateurs Jen Pierre Carcy et Nadine Puly Champagne et l’aide de la secrétaire.

 

Avec un taux de participation de 87% du corps électoral (3848 votes sur 4392 possibles), le rapport moral est approuvé par l’Assemblée à la majorité avec 3155 voix pour (82%), 389 voix contre (10%) et 304 abstentions.

Bilan provisoire des « Portes ouvertes » du 14 septembre

Présenté par Dominique Goumard, vice-président compétition :

 

C’est la première fois que nous menons une telle action dans le comité d’Anjou avec un budget aussi conséquent, de 28 500 €. Sur les 42 clubs du comité, 22 ont réussi à être présent et à organiser un évènement ou une présence durant cette journée. Un vrai point positif, surtout que l’idée de ces « portes ouvertes » a vu le jour fin juin. Les autres clubs ont réussi à faire des actions sur d’autres jours ou communiquer leurs jours de présence, ce qui a pu être mis en avant sur le site du comité.

Plusieurs retours à ce jour :

-          Nantes développement : Qui a le plus bénéficié de cette journée, avec 26 inscriptions aux cours débutants : 10 au B2A, 8 au BCN, 4 au BAC 44 et 4 à Beaulieu pour le moment. 6 bridges Box de vendues.

Eric Barba, président du Nantes développement a surtout confirmé la qualité des personnes qui se sont rendues dans les clubs ce jour-là. Ils venaient vraiment pour l’intérêt du jeu. Et confirme de nombreux passages dans les clubs.

-          Laval : Une quinzaine de contacts sérieux mais principalement dû à leurs activités proposées sur le marché le 14 septembre

-          Château Gontier : 5 – 6 contacts sérieux

-          Sablé : 6 contacts sérieux et une interview dans la presse locale

-          Le Mans : grande déception avec 2 contacts sérieux uniquement. Mais leurs autres actions ont permis d’engranger 16 inscriptions au cours de 1ère année +1 au cours de 2nde année

-          La Ferté Bernard : 5 contacts sérieux

-          Angers ABC : Les différentes actions (comité, article club et opération marché) ont permis d’avoir une quinzaine de contacts sérieux et 10 inscriptions (7 en première année et 3 en seconde année)

Nous n’avons pas eu de retour à ce jour des autres clubs.

Effectivement, nous aurions pu espérer un plus grand impact encore avec le budget utilisé. Mais l’objectif également était de s’appuyer sur la campagne nationale, de parler du bridge et de communiquer dessus, ce qui a été fait.

On constate d’ailleurs une grande activité sur le site du comité en septembre :

-          En septembre 2018 nous avons eu 40 000 visites environ, nous en avons compté à ce jour pour la même période plus de 73 000 avec 8164 clics sur la page « portes ouvertes ».

Nous pourrons nous rendre compte du réel impact positif ou négatif de cette campagne à la fin de l’année avec le nombre d’inscriptions de nouvelles licences. Pour rappel, nous avons estimé qu’un licencié rapportait 300 € au comité , il suffirait donc de 100 licences pour que ce soit un investissement positif.

Il y a encore de nombreuses zones où il n’y a pas de clubs et donc aucune communication.

Nous devons y remédier dans les prochaines années. Nous saluons également l’initiative de certains clubs comme l’ABC, les Ponts de Cé et d’autres…. qui ont réussi à communiquer dans les journaux avec des articles parlant du bridge, du club, de l’association et de ses bienfaits etc… Nous devons nous appuyer là-dessus et continuer dans ce sens.

Les salons des séniors et les forums des associations sont également des points très importants sur lesquels nous devons nous pencher dans les mois à venir et essayer au maximum d’apporter notre aide et notre soutien aux clubs.

¨¨¨

            Présentation du rapport financier de l'exercice clos au 30 Juin 2019 ET PreSENTATION DU BUDGET DE L’EXERCICE 2019-2020

Présenté par Béatrice Graton, trésorière du Comité d’Anjou :

 

Après constitution des provisions, le résultat de l’exercice ressort positif. Le budget pour l’exercice prochain est en équilibre avec un résultat positif aux alentours de 2500€

Voir présentation PowerPoint de l’AG en annexe.

¨¨¨

Rapport du Contrôleur des comptes

Présenté par le Yves Collongues, contrôleur des comptes:

 

Lecture faite de son rapport, le contrôleur des comptes a certifié les comptes et confirmé que la comptabilité était bien tenue.

 

 

Le rapport financier et les comptes de l’exercice clos sont approuvés par l’Assemblée à l’unanimité.

¨¨¨

Point sur les affaires de la CRED

Présenté par Michel Guillois, président C.R.E.D :

 

Six affaires ont été traitées pour des motifs variés (insultes, violence, comportements inadéquats).

-          Une affaire a été clôturée avant audience pour cause du décès du joueur mis en cause.

-          Une affaire a donné lieu à une relaxe.

-          Deux interdictions de participer à une compétition avec sursis, une exclusion d'un club de 2 mois dont 1 avec sursis et un avertissement ont été prononcés.

-          L’une des affaires traitées venait en appel de la décision d'une commission des litiges, d’où l'intérêt d'en former une dans chaque club a été rappelé.

 

¨¨¨

Attribution d'une subvention suite aux votes du Bureau des 30 avril et 27 juin

Présenté par Bernard Robinet, 1er vice-président Organisation :

Lors du dernier C.R.A, a été annoncée la décision du bureau d’allouer une subvention de 3.500€ au BCN. Cette décision a été confirmée par le Bureau du 27 juin.

Bruno Sarrasin avait sollicité le vote du CRA le 8 mai est présent. Cette question est mise à l’ordre du jour suite à l’engagement pris par Claude Piou

Bien que ce type de décision relève aux termes des statuts de la responsabilité du bureau puisque conforme aux orientations générales décidées par le CRA et au budget prévisionnel voté par l’AG, le Bureau a souhaité soumettre cet engagement du Bureau au vote de l’assemblée..

Il rappelle :

-          Le BCN fait le constat de la difficulté d’installation/désinstallation des écrans lors des compétitions

-          En prévision de sa future réinstallation, il décide d’investir dans l’achat de tables avec écrans (du type de celles de Rennes)

-          Le BCN a sollicité une subvention de 5.000 €, et le Bureau n’a accepté d’examiner cette demande que moyennant deux contreparties

  • La possibilité pour le Comité de pouvoir occasionnellement utiliser ces tables et écrans lors des compétitions dans la région
  • L’abandon par le BCN pendant une période à convenir des 4 € / table alloués aux clubs qui reçoivent des compétitions « Excellence »

-          Refus du BCN qui considérait que les tables n’étant pas pliables, craignait qu’elles soient endommagées lors d’un transport

-          Il a été décidé l’organisation d’une rencontre pour trouver un compromis entre le Comité et les représentants du BCN

-          Réunion de bureau le 30.04.

Considérant :

  • Que les écrans sont essentiellement, voire exclusivement, utilisés pour les besoins du Comité
  • Mais que le Comité ne bénéficiera d ‘aucune contrepartie

Décision à une large majorité du bureau d’allouer une subvention de 3.500 € le 30 avril, et confirmé à l’unanimité par le bureau du 27 juin 2019

Pour mémoire, il est rappelé le montant de l’investissement du BCN :13,8 K€

La subvention est approuvée par l’Assemblée à la majorité avec 2 voix contre, 4 abstentions, le restant votant pour.

¨¨¨

QuestionS DiVERSES

La question inscrite à l’ordre du jour n’ayant plus d’objet pour avoir été traitée dans le Rapport moral, l’ordre du jour est épuisé, mais le Président passe la parole au représentant de la Fédération, Serge Plasterie, membre du Bureau de la FFB qui tient à féliciter l’ensemble des présidents du comité, étant ensemble Top 3 de l’opération Bridge Box.

La séance est levée à 19h55 et s’est poursuivie par un cocktail dinatoire organisé par le comité

Le Président de séance                               Le Secrétaire Général

Jean Paul Noury                                             Jean Noël Bressolette

 

 

Calendrier Fédéral

Décembre-2019
  • Lu
  • Ma
  • Me
  • Je
  • Ve
  • Sa
  • Di
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  • Calendrier Challenge

    Décembre-2019
  • Lu
  • Ma
  • Me
  • Je
  • Ve
  • Sa
  • Di
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  • logocomiteanjou

     Comité D’ANJOU 
    22 rue de Letanduère 49000 Angers
    Tel : 06 70 91 34 86
    e-mail : codi2@wanadoo.fr

    Mentions légales / Copyright © 2020. All Rights Reserved

    logoffb